Mauvaises prévisions l’an passé sur la santé de l’immobilier de 2015 ?

Par   16 avril 2015

Des perspectives plutôt sombres. Voilà à quoi se résumeraient apparemment les prévisions des spécialistes l’an passé concernant l’évolution du marché de l’immobilier de 2015. De mauvaises évaluations à première vue, compte tenue de la santé du secteur qui, pour l’heure, semble se porter particulièrement bien.

Un nouveau cycle haussier se dessine dans l’immobilier

Une amélioration du marché de l’immobilier est en vue. Cette constatation a été faite suite aux analyses qui ont été effectuées par des spécialistes du secteur. Une nouvelle assez surprenante, car, l’année dernière, d’autres experts prédisaient une année assez sombre pour ce dernier pour 2015. Cependant, ces professionnels le confirment : un cycle haussier se forme dans le secteur. Les prix qui baissent, une année assez sombre, une stagnation ou une baisse des ventes ne seraient donc plus à craindre pour cette nouvelle période ? Effectivement, car les analystes démontrent que d’abord, les taux d’intérêt de l’immobilier sont particulièrement bas, comparé aux années précédentes en général. Sur 15 ans, on enregistre en ce mois de février une baisse de 2,25%, puis une baisse de 2,60 % sur 20 ans et de 3,15 % sur une période de 25 ans. Une diminution historiquement flagrante.

La santé de l’immobilier selon le taux effectif des crédits nouveaux à l’habitat

Le contexte actuel de l’immobilier semble ainsi anéantir les perspectives noires de l’an passé concernant l’évolution du secteur. Toutefois, une certaine donnée ne permet pas d’être plus optimiste : le taux effectif des crédits nouveaux à l’habitat. Un taux moyen qui définit plus précisément la vision d’ensemble de l’immobilier. Ce dernier était à moins de 2,70 % en 2014. Ainsi, malgré une baisse considérable des taux du secteur, pour les banques en particulier, les circonstances ne sont pas plus prometteuses, celles-ci connaissant des revenus qui s’avèrent aussi particulièrement bas. En somme l’inflation qui menace la zone Euro reste présente et les institutions ne sortiront la tête de l’eau que lorsque le cycle haussier en gestation sur le marché sera effectif.

Laisser un commentaire