Marché du travail en France : des statistiques alarmantes

Par   16 janvier 2015

Les statistiques sur le chômage en France sont particulièrement alarmantes : la situation du marché du travail dans l’Hexagone empire. Et les derniers chiffres sur l’emploi salarié le confirment. Toute l’année, des postes ont été supprimés dans tous les secteurs et l’intérim parait aussi en plein recul depuis le début du dernier trimestre.

Les chiffres du troisième trimestre confirment la situation du marché de l’emploi en France

travailLes derniers chiffres publiés par l’INSEE parlent d’eux-mêmes : le marché de l’emploi en France se dégrade. En un an, les secteurs marchands non agricoles français ont connu un repli de 0,4 %, incluant la suppression de près de 60 000 postes dans l’ensemble des secteurs. Le plus touché : la construction, avec plus de 15 000 emplois supprimés, soit une perte d’un peu plus de 1 % de ses effectifs. En un an, le total des postes supprimés dans le domaine s’élève à plus de 36 000, équivalant à un recul de 2,6 %. Pour sa part, l’industrie a connu un repli annuel relativement léger, équivalant à 0,4 %. Toutefois, l’évolution de ce secteur demeure alarmante : en un an, il a connu une suppression de plus de 38 000 postes.

Le tertiaire, légèrement en baisse en France

Les résultats de l’enquête menée par l’INSEE et dévoilés la semaine dernière permettent aussi de constater le repli particulier du tertiaire en fin d’année. Si une hausse avait été remarquée durant toute l’année passée, ce dernier, hors intérim connaît un repli flagrant depuis le début du troisième trimestre : 21 800 emplois y ont été supprimés. Toutefois, sur an, il a pourvu plus de 15 000 nouveaux emplois, correspondant à une amélioration annuelle de 0,1 %.

Emploi : l’intérim connaît aussi un repli global

La situation de l’intérim prouve également que le marché de l’emploi en France ne se porte pas bien. En un an, cette branche a connu une suppression d’environ 6 500 postes, soit un recul de 1,2 %. Le tertiaire quant à lui a connu une baisse de 4 % de ses intérimaires, équivalant à une suppression de plus de 21 000 emplois.

Laisser un commentaire