Immobilier : les parisiens, pas très intéressés par l’économie d’énergie ?

Par   23 mars 2015

Les parisiens ne seraient pas plus soucieux qu’il ne paraît au sujet du climat. Du moins, une étude révèle que les habitants de la capitale affichent une certaine indifférence quant à la réalisation des travaux d’économie d’énergie dans les maisons. Les copropriétaires sont spécialement concernés : 90 % d’entre eux négligent ce genre de besogne.

Les parisiens, intéressés par le problème de l’économie d’énergie, mais pas engagés

Les copropriétaires parisiens affichent une certaine nonchalance quant à la réalisation des travaux d’économie d’énergie dans les bâtiments. Une étude menée par Adil 75, agence départementale de l’information sur le logement démontre en fait que sur 500 copropriétaires sondés, 93 % sont bien convaincus de la nécessité d’effectuer ces travaux. Cependant, une contradiction notable se crée entre les intentions et la réalité : 90 % d’entre eux n’ont toujours pas réalisé ces travaux. Une information qui ne plaira sans doute pas aux pouvoirs publics, pour lesquels l’économie d’énergie constitue une principale préoccupation. De plus, ces derniers ne ménagent pas leurs campagnes de sensibilisation sur la question. L’on s’interroge donc sur le motif qui empêche les parisiens de prendre les mesures nécessaires afin de mieux gérer l’énergie dans les bâtiments. Surtout que le chauffage par exemple représente à lui seul 75 % des charges totales de copropriété.

Economie d’énergie : les copropriétaires parisiens, plus intéressés par les travaux d’architecture

La réponse à la question actuelle est claire. Les copropriétaires priorisent en fait les travaux d’esthétiques, qui sont alors des travaux « plus visibles » et augmentent la plus-value de leur bien. Ainsi, avoir une copropriété bien entretenue et qui séduit plus facilement grâce à sa belle apparence passe avant une copropriété qui économise l’énergie. Les parisiens préfèrent redorer l’aspect de la façade de leur bien, sa cage d’escalier ou encore sa toiture plutôt que de remettre aux normes une installation électrique ou encore substituer une chaudière. Des opérations classées dans les travaux invisibles, s’avérant toutefois importants au niveau de la sécurité des habitants.

Laisser un commentaire